C’est au Canada et ça donne ça! Certes le journal qui publie l’annonce vit de ses annonceurs alors pourquoi Google ne pourrait pas en être un? Parfaitement! Mais là où l’annecdote a de quoi surprendre et faire sourire, c’est lorsque l’on connaît les difficultés actuelles de l’ensemble de la presse écrite face à la désafection des annonceurs et en particulier des titres qui n’ont pas su prendre le virage du digital alors que la publicité en ligne connait une croissance continue à deux chiffres!